L’Alsace entre ried et burgs, par les divins coteaux du Rhin

Egrenant par dizaines ses villages-joyaux, la route des vins d’Alsace est l’une des plus scéniques de France, sinon d’Europe. Moins connu, le généreux maillage de voies cyclables qui s’y raccorde, ou qui court à travers l’ensemble de la plaine, entre Rhin et vignes. Avec l’entrelacs des rivières et canaux qui la drainent et la multitude de vélos qui la sillonnent, Strasbourg a de plus en plus des airs d’Amsterdam.

Découvrir à vélo les paysages d’Alsace

Une raison supplémentaire de visiter l’Alsace en roue libre ! Strasbourg n’a eu de cesse d’aménager pour cela un solide réseau de pistes et de bandes cyclables qui offrent au visiteur une double opportunité… La possibilité d’une visite urbaine fluide et sans contrainte, et celle de s’échapper quand il le veut vers l’un de ces parcours verts et protégés dont l’Alsace est prodigue.

Proche, en fait, d’une culture qui a toujours fait la part belle aux déplacements alternatifs, l’Alsace avait commencé à développer très tôt un généreux quadrillage cyclable de son territoire. Souvent but utilitaire, d’ailleurs, plus que systématiquement touristique. Les villages étant généralement éloignés les uns des autres de 2 à 3 seulement, la formule vélo répondait aussi bien, pour leurs déplacements de proximité, aux besoins des écoliers qu’à ceux des habitants. Actuellement, le vélo traditionnel a été remplacé par le vélo électrique qui apporte confort et nécessite moins d’efforts. Bandes, espaces et trottoirs cyclables, mais aussi rappels constants à la prudence, sont donc la marque du moindre hameau du ried (la plaine alsacienne) comme des Villes de Colmar, de Sélestat ou de Strasbourg.

Un réseau transfrontalier efficace

Qui peut le moins peut le plus : les deux départements alsaciens, Haut-Rhin et Bas-Rhin, offrent au bout du compte une série de tronçons qui permettent aujourd’hui de traverser l’Alsace de haut en bas et d’ouest en est. Sans parler des liaisons transfrontalières qui ont progressivement mis en réseau cyclable Wissembourg et Lauterbourg, Saverne et Offenburg, Villé et Elzach, Colmar et Fribourg-en-Brisgau.

Emprunter à vélo l’un des plus beaux circuits cyclistes d’Alsace

Sans doute le terrain plat est-il plus généreux en Bas-Rhin. C’est dans ce département, en tout cas, que s’enchainent les plus beaux parcours alsaciens. Principalement constitués de digues ou de chemins de halage, de voies ferrées déclassées et de chemins de campagne, de vraies et grandes jonctions y permettent de longer par exemple le canal de la Marne au Rhin sur plus de 50 Km, d’y remonter la vallée de la rivière Bruche (ou de rejoindre Saverne via Wasselonne) depuis le centre même de Strasbourg. D’emprunter, de Haguenau à Lembach (à travers le parc régional des Vosges du Nord), l’ancienne voie créée pour ravitailler les forts les plus avancés de la ligne Maginot. De se mesurer enfin au tronçon majeur de l’ambitieuse jonction « fluviale » Bâle/Mayence (415 km en tout, dont 220 km pour la seule partie franco-allemande !). Moulinant, rive droite, rive gauche, au gré des humeurs et des paysages (bacs et ponts permettent tout moment, ou presque, de passer d’un côté ou de l’autre du Rhin), la vélo-route européenne fait participer à la vie même du fleuve, à son écosystème, à son impressionnant dispositif de digues, autant qu’à son intense trafic de péniches et de barges.

À voir sur la route

Côté Vosges, les jolies villes de Colmar, Sélestat et Ribeauvillé, bien sûr, mais aussi le mont Sainte-Odile, la route des Vins et la route des Crêtes. Près du point de départ du chemin de halage du canal de la Marne au Rhin, le plan incliné de Saint-Louis/Arzviller, un ascenseur bateaux mis en service en 1969 ! A Saverne, le château des Rohan, construit sous le règne de Louis XV et orné, côté parc, d’une monumentale façade de grès rose de 140 m de long. Au sud de la même Ville, un détour s’impose également jusqu’au sommet du vertigineux château du Haut-Barr, enchâssé entre trois rochers en grès rose de 30 m de haut… La vue y porte jusqu’à la Forêt-Noire ! On ne manquera pas davantage la trépidante capitale alsacienne, Strasbourg, pour la place Kléber, la cathédrale et le quartier-joyau de la Petite France. Mulhouse pour son musée Bugatti et sa nouvelle Cité du Rail, les rives du Rhin. Bâle, enfin, la ville aux trois frontières…

Sur la route des vins, beaux restes d’une antique voie réservée… Les bords de l’Ill, à Strasbourg, l’une des villes les plus cyclables de France. La piste-promenade de la vallée de la Bruche s’emprunte à pied, en rollers ou à vélo aux portes mêmes de la Petite France. Jusqu’à Molsheim, à 25 km, elle offre un parcours ombragé et intimiste qui fait, en semaine comme en week-end, le bonheur des Strasbourgeois.

Deux cent vingt kilomètres durant (pour la seule partie française), la vélo-route du Rhin permet de rouler, au choix, sur le haut de la digue ou sur la route de service qui double celle-ci. Dans un pays à forte culture cycliste, le risque est minime d’emprunter à vélo la route des Vins d’Alsace ! Par exemple entre Dambach et Andlau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *